Knauf"En tant que fabricant dans l'industrie de la construction, notre société est confrontée à une évolution globale liée à des exigences techniques et environnementales.

Pour continuer à offrir une réponse appropriée aussi pertinente que possible, les projets de recherche et de développement représentent un vecteur d'innovation que nous devons intégrer dans notre stratégie.

À cette fin, GREENWIN nous fournit une expertise et un accès à un réservoir précieux de partenaires scientifiques et universitaires régionaux et internationaux".

PrometheraEn 2013 a été posée à Gosselies la 1e pierre de la Plateforme Wallonne de Thérapie Cellulaire. Cette plateforme, constituée grâce à un partenariat public-privé, vise la production à grande échelle de médicaments de thérapie cellulaire.

Les sociétés de thérapie cellulaire Promethera Biosciences et Bone Therapeutics ont participé à l'investissement pour y produire leurs médicaments. La plateforme, unique en son genre, dote la Wallonie d’un pôle de haute technologie particulièrement innovant, permettant de répondre aux besoins de croissance des sociétés de thérapie cellulaire connaissant un essor croissant.

« Nous sommes ravis d'avoir participé à ce projet rendu possible par la Région wallonne qui nous soutient depuis le début » avait déclaré Eric Halioua, CEO de Promethera Biosciences, « Ce partenariat nous a permis de mutualiser les moyens et augmenter l’efficience tout en respectant le savoir-faire et la propriété intellectuelle de chaque entreprise ».

EurogentecKaneka Eurogentec, active dans le développement et la bio-production à façon (CDMO) au service des entreprises pharmaceutiques, a annoncé en juin 2017 la future construction d'une nouvelle zone de production adjacente à l’installation actuelle. 

Cette expansion permettra la production à plus grande échelle de produits biopharmaceutiques utilisés dans les essais cliniques en phase finale et renforcera ses capacités actuelles de bio-production de molécules destinées aux études cliniques en phase initiale.

La société, créée comme une spin-off de l'ULg et désormais partie intégrante du groupe Kaneka emploie 336 personnes dont 260 à Liège: 23 d'entre elles ont été engagées durant les deux dernières années. Elle est reconnue comme un des plus importants fournisseurs pour la recherche en génomique et en protéomique et connaît une croissance de 8,5% pour 2016-2017. Lieven Janssens, vice-président exécutif de Kaneka Eurogentec, déclare: "C'est une étape importante dans la stratégie de croissance d'Eurogentec et la bio-production en Belgique. Je remercie la Wallonie pour son soutien important dans la réalisation de ce projet". 

 

  

 

JanssenLe groupe pharmaceutique Janssen Pharmaceutica (appartenant au géant mondial Jonhson et Jonhson) a d'inauguré en octobre 2012 son centre de distribution à La Louvière. Ce site assez semblable à celui déjà en activité à Courcelles, est spécialisé dans la distribution de médicaments pour les patients atteints par exemple du sida ou de l’hépatite. L’investissement a permis la création de près de 120 emplois.


Via ce centre transitent pas moins de 160 millions de boîtes de médicaments par an. "Les camions viennent d’Italie, de Suisse et de Belgique. Nous vérifions ensuite ces réceptions, pour voir si elles ne sont pas endommagées." Indique Mohamed Oubela, en charge de la réception des colis en provenance des sites de production.


Selon Tom Heyman, administrateur-délégue, différentes raisons ont motivé Janssen Pharmaceutica a choisir la Louvière pour son centre de distribution : «la proximité des aéroports de Charleroi et de Bruxelles, la densité du réseau autoroutier et la localisation proche des consommateurs de la société et au centre de l’Europe.»


Les subsides de 11 millions d’euros dont a pu bénéficier le géant pharmaceutique a ont également pesé dans la balance. Ce subsides représentent plus de 20 % de l’investissement global (49 millions d’euros au total).


D’après un article de RTBF – 4/10/2017

Bone Therapeutics

BONE THERAPEUTICS, société de thérapie cellulaire osseuse qui répond à d’importants besoins médicaux non satisfaits dans les domaines de la réparation et de la prévention des fractures, a inauguré son nouveau siège implanté dans le Biopark de Gosse lies en avril 2015.


Bone Therapeutics y a d’abord transféré ses départements administratifs et de R&D, les activités de production ont suivi mi-2016 ainsi que deux unités de fabrication. A partir de 2018, quatre autres unités viendront s’y ajouter pour répondre aux besoins de production nécessaires à la pré-commercialisation et à la commercialisation des produits de Bone Therapeutics. En outre, le site pourra accueillir ultérieurement des unités de production supplémentaires.


Le Biopark est un pôle de haute technologie particulièrement innovant et adapté aux besoins du nombre croissant de sociétés de thérapie cellulaire implantées en Belgique. C’est la raison pour laquelle Bone Therapeutics et la société de thérapie cellulaire Promethera Biosciences ont choisi d’y investir et de s’y installer. La construction du nouveau bâtiment de 3 000 m² s’est inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste, celui de la création de la Plateforme Wallonne de Thérapie Cellulaire (PWTC).


Enrico Bastianelli, CEO de Bone Therapeutics : " Nous avons été ravis de nous installer sur notre tout nouveau site, en plein cœur de ce parc très dynamique dédié aux biotechnologies en Belgique. Après l’avancée rapide de nos programmes cliniques et notre introduction en bourse, cette implantation a marqué une étape importante pour notre société, son développement commercial et la croissance continue de ses activités.

(d'après un article de l'ECHO - 24/04/2015)

Baxter

Depuis son arrivée en Belgique en 1954, l’entreprise pharmaceutique américaine Baxter n’a cessé de croître. Sa principale activité réside dans l’administration de médicaments à destination des institutions hospitalières et des patients à domicile. Baxter est par ailleurs le leader belge en ce qui concerne les thérapies importantes pour le traitement de patients atteints de maladies graves.

Aujourd’hui, le groupe emploie quelque 2.000 personnes réparties sur 70.000 m2. Le choix de Lessines s’est imposé dès 1970 avec la construction d’un premier site de production, et en 1996 avec l’implantation d’un centre européen de distribution.

Mais c’est son expertise technique, son niveau de productivité et une localisation européenne stratégique qui font aujourd’hui la différence. L’octroi des Fonds structurels européens de l’Objectif 1 pour le Hainaut a été déterminant dans la décision du groupe d’investir à Lessines plutôt qu’en Alsace.


En juin 2010, le groupe Baxter a inauguré de nouveaux bâtiments à Braine-l’Alleud, où se trouve désormais le siège européen pour la recherche et le développement.


ColruytRudi Willemans : "Le choix de Ghislenghien s’explique par sa position centrale en Wallonie, sa proximité avec la Flandre et avec nos autres centres de distribution ainsi que par son accessibilité par l’E429 et les autres autoroutes wallonnes.

A cela s'ajoutent la disponibilité des terrains, les subsides obtenus – surtout européens – et la disponibilité d’une main-d’oeuvre qualifiée."

Des atouts qui ont visiblement séduit le groupe puisqu’en 2015,  un nouveau centre de distribution Colruyt a été inauguré à Ollignies (Lessines).L'investissement total s'est élèvé à 79 millions d'euros. Dans un premier temps, 500 nouveaux emplois ont été créés dans ce centre de conception durable visant le millier d'emplois à terme.

 


Coopervision


Actif dans la conception et la production de lentilles de contact, le groupe américain CooperVision a installé son Centre de Distribution Européen en région liégeoise.

Ce centre représentait pour le troisième producteur mondial de lentilles de contact un investissement de 5 millions d’euros et a permis la création d’une septantaine d’emplois.

Si les dirigeants américains ont été séduits par Liège, c’est essentiellement en raison de la situation centrale qu’elle occupe sur la carte de l’Europe et de ses nombreux moyens de communication.

Les aides et les incitants à la création d’emplois proposés par la Région Wallonne ont également pesé dans la balanc ainsi que la compétence des personnes que ses responsables ont rencontrées.

Commercialisant ses lentilles à travers le monde, CooperVision a pu raccourcir les délais de livraisons vers sa clientèle européenne, et notamment vers l’Europe continentale du nord.

 


Johnson & JohnsonLe groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a implanté en 2006 à Courcelles, le centre européen de distribution de sa branche Medical Device & Diagnostics. Sur 47.000 m2, ce centre distribue 54.000 produits à destination de 21 pays européens. Il approvisionne également des entrepôts dans le monde entier en produits fabriqués en Europe.

Le site est doté d’une plate-forme de conditionnement qui oriente les colis en fonction du poids et du volume vers une des huit lignes de tri, identifiées selon le pays de destination ou le transporteur.

«La Wallonie», explique Jean-Michel Colnot, directeur des opérations, «est idéalement située pour l’expédition par la route vers nos deux grands marchés, la France et l’Allemagne, et à proximité des aéroports de fret de Bruxelles et de Liège. La région bénéficie de l’appui des pouvoirs publics et dispose de toute la main-d’oeuvre nécessaire. Nos équipes travaillent 7 jours sur 7, ce qui permet de traiter en moyenne 4.000 commandes par jour.»

Cinq ans après son investissement à Courcelles, le groupe a en outre amplifié son ancrage en Wallonie sous la forme d’un nouvel investissement dans un centre européen de distribution. Implanté à La Louvière, sur le site de Garocentre, cet outil a généré plus d'une centaine d'emplois directs.

 

 

LyrecoLyreco, le plus important distributeur de fournitures de bureau B2B en Europe, a regroupé ses activités logistiques au Benelux dans un centre de distribution de 32.000 m2 à Liège.

Cette entreprise familiale, fondée à Valenciennes en 1926, a pris son envol à la fin des années ’80, notamment grâce à sa volonté de fournir à ses clients un taux de service extrêmement élevé. Présent dans 27 pays, Lyreco emploie 10.000 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros.

Plutôt que d’établir leur nouveau centre de distribution en Flandre ou aux Pays-Bas, les responsables de Lyreco ont décidé de se fixer en Wallonie.

Si les subsides proposés par la Région Wallonne ont pesé dans la balance, le bon emplacement logistique de Liège et la proximité de la sous-traitance étrangère ont aussi influencé ce choix.

L'aspect humain, avec un personnel à la fois disponible et correctement formé, a également été un atout non négligeable, tout comme l’ouverture d’esprit de l’ensemble des acteurs locaux, qu’il s’agisse de la Région Wallonne, de l’Awex, du Forem, de la Spi ou de la ville d’Herstal.

Mölnlycke Health Care

Mölnlycke Health Care (MHC), entreprise suédoise établie à Göteborg, est active dans les articles médicaux (traitement des plaies notamment).

En Belgique, la société dispose à Waremme d’une usine, d’un centre de stérilisation, d’un customer service center et d’un centre de distribution. Stefan Bendfeldt, EMEA Warehousing Operations Manager : «MHC déploie ses activités en Wallonie depuis plus de 30 ans. A l’origine, nous nous sommes installés en Wallonie suite à la reprise d’une société. Mais au-delà, il s’est avéré que la situation géographique de la Wallonie constituait un atout logistique clair. L’usine s’appuie d’ailleurs aujourd’hui, à Waremme, sur l’EDC le plus important du groupe. Ceci permet un lien direct entre les deux entités avant expédition des produits aux 4 coins du monde.»

 «Ce centre est au coeur de nos opérations européennes. Sa situation présente des avantages tant au niveau des flux entrants que sortants. Nous sommes installés entre la France et l’Allemagne qui sont deux de nos marchés les plus importants. La main d’oeuvre qualifiée wallonne est aussi un atout.»

 

scott sportsScott Sports vend du matériel de sports d’hiver, des vélos, des articles de moto et des vêtements de loisirs. Le centre international de logistique du groupe américain se situe à Aubange.

«Le champ d’action de Scott Sports Group s’étend sur le monde entier, à l’exception des Etats-Unis», explique Jean-Claude Bury, l’administrateur délégué. Etablie initialement à Londerzeel dans le Brabant Flamand, l’infrastructure était devenue trop exiguë pour faire face à l’augmentation des ventes. Le groupe a choisi de s’implanter à Aubange, au sein du Pole Européen de Développement situé dans le sud de la province du Luxembourg.

«La situation d’Aubange facilite le cheminement de la marchandise en évitant le ring de Bruxelles qui était souvent à l’origine de retards de nos expéditions vers le reste de l’Europe. Nos containers arrivent directement par le terminal ferroviaire d’Athus. La proximité de ce terminal et le prix des terrains ont été les éléments majeurs du choix d’Aubange».

Scott Sports Group emploie 60 personnes et la disponibilité des terrains alentours permet à l’entreprise d’envisager de porter sa superficie actuelle de 27.000 m2 à 51.000 m2.


Itheos TherapeuticsL’aide à la recherche de plus de six millions d’euros que le gouvernement wallon nous a accordée nous a permis d’obtenir une preuve de concept chez l’homme en commençant des études cliniques pour un premier candidat médicament.

iTeos, spin-off de l’Institut Ludwig de Recherche sur le Cancer (LICR) et de l’Institut de Duve à l’Université catholique de Louvain (UCL), a obtenu 3 millions d’euros du LICR, de Hunza Ventures SCA, Life Sciences Research Partners, Vives Louvain Technology Fund ainsi que d’autres investisseurs privés. Ce financement a complété un subside non-dilutif d’un montant de 6 millions d’euros, obtenu en 2011 de la part du Gouvernement wallon.

L’immunothérapie du cancer permet de stimuler le système immunitaire afin qu’il détruise spécifiquement les tumeurs et limite les risques de récidive, avec peu d’effets indésirables. Le succès de l’immunothérapie est toutefois limité par la capacité de certaines tumeurs à bloquer la réponse immunitaire, phénomène appelé immunosuppression. Les scientifiques tentent désormais de mieux comprendre les mécanismes responsables de l’immunosuppression, afin de concevoir des stratégies qui permettraient de la vaincre.

C’est précisément la mission d’iTeos : développer des médicaments immunomodulateurs, de type « petites molécules », capables d’augmenter l’efficacité de l’immunothérapie du cancer et de stimuler la réponse immunitaire spontanée contre les tumeurs.

LGM GROUPC’est à Liège que le groupe français LGM, spécialisé en management et ingénierie des grands projets a fait le choix d’ouvrir sa 1ère filiale en Belgique. Liège a été préféré à d’autres sites possibles en raison de sa proximité avec des clients importants comme CMI, FN Herstal ou Alstom Transport.

« Etre géographiquement proche permet un meilleur accompagnement de nos clients, explique Stéphane Yansenne, responsable de LGM Liège et de LGM GmbH. Dans la foulée d’accords-cadre signés par LGM avec Alstom Transport en Sûreté de Fonctionnement et Soutien Logistique Intégré (SLI), nous avons remporté et démarré un contrat sur le site de Charleroi. C’est ce qui a décidé de notre implantation en Wallonie ».

LGM Liège qui table sur un chiffre d’affaires à 500 K€ à fin 2012, vise en particulier le secteur spatial pour développer ses métiers historiques. « Le bassin d’activité liégeois compte un volume important d’entreprises à forte valeur ajouté technologique, en particulier dans le secteur spatial, relève Stéphane Yansenne. C’est un environnement que nous connaissons bien. En France, LGM à Toulouse est présent sur des projets majeurs (Galileo, fusée Ariane, EGNOS). Les entreprises du secteur sont très demandeuses de nos spécialités, notamment de Sûreté de Fonctionnement ».

Pour accompagner son développement à court terme LGM Liège annonce une dizaine de recrutements d’ingénieurs en SLI ferroviaire, management de projet, ingénieurs documentaires, électronique et développement de logiciels embarqués. Dans 5 ans, LGM Liège devrait compter une quinzaine de personnes pour 1,5 M€ de chiffre d’affaires et voir investi l’énergie et l’aéronautique, secteurs prospères sur le bassin wallon avec des entreprises comme CMI énergie, Electrabel/GdF SUEZ ou SONACA, SABCA, Thales Alenia Space pour l’aéronautique.

Xtratherm Feluy

"Une fois que nous avons sélectionné la Wallonie, l'AWEX nous a aidés, notamment en organisant des réunions avec des entreprises locales, ce que nous avons trouvé très utile. Ils nous aident par ailleurs toujours beaucoup aujourd'hui."

Le boom de la construction peu énergivore en Europe est une bonne nouvelle pour les fabricants de produits isolants tels que Xtratherm. L’entreprise irlandaise ouvrira dès ce printemps à Feluy (Hainaut) sa première usine sur le continent (la troisième au total), en vue de fournir des panneaux isolants en mousse et rigides aux fournisseurs du secteur de la construction en Allemagne, dans le Benelux et en France. Son souhait est de  commencer avec un effectif de 40 personnes durant les premiers mois, pour passer à 100 dans les cinq prochaines années.

 

"Si nous pouvons isoler les bâtiments, nous pouvons réduire la quantité d’énergie requise pour les chauffer ou les rafraîchir", explique Jay Hynes, directeur de Xtratherm, notamment responsable du marketing européen et du développement des activités. Bien que l’industrie de la construction en général rencontre des difficultés, il affirme qu’il existe un marché croissant pour l’isolation, étant donné que les pays de l’UE adoptent des objectifs stricts en matière d’efficacité énergétique dans le but de concrétiser les engagements pris à Kyoto par rapport au changement climatique.

 

"La plupart des pays affichent un objectif pour de nouvelles maisons zéro carbone d’ici 2020", poursuit-il. "L’effet global de tous ces changements sera perçu des années plus tard."

 

Xtratherm investit au total 33 millions d’euros dans son site de Feluy, un montant de 12 millions d’euros étant réservé à l’usine et à l’équipement. Cette entreprise familiale créée en 1986 compte des bureaux en Irlande et en Angleterre. Elle emploie plus de 300 personnes dans six pays. Elle s’appelait à l’origine Hytherm, jusqu’à ce que les propriétaires découvrent que ce nom était déjà utilisé et optent pour Xtratherm. La marque Xtratherm (où le X est écrit comme la lettre grecque lambda) symbolise la conductivité thermique.

 

En dehors de ses principaux marchés, Xtratherm présente des activités de développement en Scandinavie, en Europe orientale, mais aussi en Australie et en Asie du Sud-est.

Depuis 2008, elle vend ses produits sur le continent européen, ce qui représente à présent 20 à 25% de son chiffre d’affaires annuel. Il y a trois ans, elle a décidé d’y ouvrir une usine et a commencé à rechercher une situation stratégique. Après avoir prospecté en France, aux Pays-Bas et au Luxembourg, elle s’est penchée sur l’Allemagne et la Belgique et a opté pour Feluy, qui proposait de grands terrains adaptés à un usage industriel, à prix raisonnables et offrant des possibilités d’expansion future.

 

La situation centrale, avec accès aux autoroutes et aux principaux axes de transport, de bonnes liaisons aériennes et routières vers l’Irlande et le RU, une main-d’œuvre locale qualifiée, ainsi que le soutien et l’enthousiasme du gouvernement ont également joué un rôle important. L’entreprise a acheté plus d’espace que nécessaire en vue d’une expansion future et elle a particulièrement été impressionnée par une ouverture à l’investissement qu’elle n’a pas retrouvé ailleurs.

 

"Une fois que nous avons sélectionné la Wallonie, l’AWEX nous a aidés, notamment en organisant des réunions avec des entreprises locales, ce que nous avons trouvé très utile", ajoute M. Hynes, le fils du fondateur de l’entreprise. "Ils nous aident par ailleurs toujours beaucoup aujourd’hui."

L’accès au financement constituait un autre avantage pour Xtratherm. "Les banques belges sont très ouvertes aux affaires et très compétitives par rapport aux conditions proposées", poursuit M. Hynes. Xtratherm a obtenu des prêts à des taux intéressants chez plusieurs prêteurs, ainsi que du financement obligataire à la Société Régionale d’Investissement de Wallonie (SRIW),  agence gérée par l’Etat qui investit dans les entreprises qui créent des emplois locaux.

 

Xtratherm a construit une usine de 20.000 m², laissant sur le site de 117.000 m² beaucoup d’espace pour son expansion future si les affaires marchent bien. Elle recrute localement pour ce nouveau site et se dit satisfaite des compétences linguistiques et techniques disponibles dans la région.

"Nous sommes pleinement satisfaits des compétences et des attitudes de la main d’oeuvre que nous employons", poursuit M. Hynes, qui se sent à présent comme chez lui en Belgique. "Les Wallons, et les Belges en général, ont beaucoup d’affinités avec les Irlandais, avec une histoire commune remontant à de nombreuses générations", ajoute-t-il. "Cette bonne relation se traduit par une certaine flexibilité, des traits de  personnalité similaires, un sens de l’humour et, évidemment, un amour mutuel d’une bonne bière."

FAITS

  • Qui ? Xtratherm, fabricant irlandais de produits isolants en mousse
  • Quoi ? Ouverture de sa première usine sur le continent européen
  • Où ? A Feluy, environ 28 km au nord-ouest de Charleroi et au nord de Seneffe
  • Quand ? usine opérationnelle ce printemps

CHIFFRES

  • € 33 millions Montant investi dans le terrain, le bâtiment et l’équipement
  • 100 emplois à créer à Feluy dans les cinq prochaines années
  • 117.000 m² Superficie achetée par Xtratherm pour le site de l’usine
  • 20.000 m² Taille de l’usine

www.xtratherm.be   

Cartonneries de WallonieCourcelles a été choisi car il offre un emplacement idéal, extrêmement bien desservi au niveau des axes autoroutiers Mons-Charleroi, ce qui nous permettra de rayonner dans toute la Wallonie, vers Bruxelles, le nord de la France et le sud de la Flandre."VPK Packaging


Le géant belge de l’emballage investit 6,5 millions d’euros dans un tout nouveau site de production à Courcelles avec pour objectif de séduire les PME wallonnes.


Le nouveau site de production et distribution de cartons ondulés portera le nom de "Cartonneries de Wallonie" il s’agit d’une toute première implantation en Wallonie. "Ce type spécifique d’emballage, très volumineux et bon marché doit être produit à flux tendu et sur des délais très courts" , explique Pierre Macharis, CEO de VPK Packaging, "il est donc primordial pour nous d’être proche de notre clientèle et nous voulons nous attaquer au marché des PME wallonnes".


En outre, l’emplacement du site choisi est « idéal, extrêmement bien desservi au niveau des axes autoroutiers Mons-Charleroi, ce qui nous permettra de rayonner dans toute la Wallonie, vers Bruxelles, le nord de la France et le sud de la Flandre« , ajoute le CEO.


L’investissement, qui se chiffre à 6,5 millions d’euros sur le site, créera à terme une trentaine d’emplois.

Les Cartonneries de Wallonie seront le site le plus moderne du groupe en Belgique. Les processus d’impression y seront en grande partie numérisés, ce qui permettra de gagner en rapidité.

La nouvelle implantation rentre dans le cadre d’une stratégie plus large du groupe, qui investira 60 millions d’euros cette année. Le groupe mise d’ailleurs largement sur la Belgique, « qui est un pays fantastique en termes d’infrastructures et de localisation« , ajoute le CEO.

Spécialisé dans les produits d’emballage de protection pour la logistique dans les secteurs de l’alimentaire, des cosmétiques et des produits de consommation, VPK Packaging est actif partout en Europe et dépasse les 800 millions d’euros de chiffre d’affaires, pour un bénéfice de plus de 100 millions d’euros.

 

misc.back to top back to top

Inscrivez-vous à la newsletter

Personnalisez votre expérience de navigation