Thunder Power cherchait un ancrage européen, il a posé ses valises à Gosselies au détriment de la Catalogne.

L’instabilité politique et les frais d’installation plus importants sur un site vierge ont finalement fait pencher la balance en faveur de la Wallonie.

Il aura finalement fallu moins de deux ans pour trouver un repreneur pour le site de 98 hectares, laissé vacant par le fabricant américain d’engins de chantiers et rendu à la Wallonie pour un euro symbolique. La cellule CATCH, mise sur pied dans la foulée de ce départ perçu comme un drame humain dans la région, aura sondé près de 200 entreprises avant de dénicher la perle rare : Thunder Power. L’entreprise chinoise spécialisée dans la production de voitures électriques devrait occuper 650 personnes dès le début de la phase industrielle du projet, en 2020. Une industrie d’avenir, bien loin du passé charbonnier ou sidérurgique wallon.

Un projet en plusieurs phases.

Dans un premier temps, le centre R&D milanais devrait emménager à Gosselies. Une équipe de 50 personnes sera ensuite engagée en vue de préparer le terrain et d’effectuer les demandes de permis, ce qui devrait prendre une demi-année. Par la suite, deux des cinq modèles de Thunder Power devraient être produits sur le site : 650 emplois pour 15.000 voitures par an dès 2020. En 2025, c’est 55.000 voitures qui devraient sortir de l’usine annuellement et créer au passage 4.000 emplois au total.

Pierre-Yves Jeholet, Vice-Président et Ministre wallon de l'Économie

"Il s'agit d'une réelle opportunité d'inscrire la Wallonie dans une industrie d'avenir. Le caractère structurant d'une telle activité pour l'écosystème wallon et le potentiel de création d'emplois à terme sont importants, Thunder Power envisageant de faire appel à un réseau de sous-traitants locaux plus de 200 entreprises"

Des acteurs, des atouts.

Entre CATCH, la Sogepa et l’Awex, la complémentarité des outils aura été évidente dans ce dossier : détection, promotion, participation, accompagnement… l’entreprise a été guidée vers le site de Gosselies, pas à pas. Sans compter le Forem qui devrait aider à former des demandeurs d’emploi pour ce métier spécifique ! En effet, sur près de 2000 personnes licenciées en 2016, plus de la moitié ont déjà retrouvé un emploi mais 900 sont encore accompagnées par les cellules de reconversion. « On va soutenir la réorientation et l’insertion des travailleurs qui souhaiteraient se positionner sur ce métier, notamment à travers des processus de formations spécifiques », expliquait Paul Louis Colon, chef de projet au Forem, au micro de la RTBF.

Pourquoi la Wallonie ?

La Wallonie est une région accueillante et performante qui a pris son avenir en main et vous ouvre les bras.  Elle présente de nombreux atouts et avantages ayant convaincu bon nombre d’investisseurs étrangers à y implanter leur entreprise.

Découvrir les atouts
misc.back to top back to top

Inscrivez-vous à la newsletter

Personnalisez votre expérience de navigation