Pascale Delcomminette à propos de la mission en Malaisie et à Singapour

Il y a 2 années
Pascale Delcomminette, entourée de Michel Kempeneers (Directeur Asie) et Laurent Paquet (Project Manager)

Notre Administratrice Générale a accompagné la mission économique du mois de novembre qui est passée par la Malaisie et Singapour. Elle nous livre ses impressions.

L’intérêt pour la Malaisie et Singapour est-il plutôt d’attirer des investisseurs étrangers ou de booster les exportations wallonnes ?

Les deux évidemment. Les deux métiers de l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers sont intimement liés, et les missions princières sont des occasions formidables de vendre tant les produits wallons que les possibilités d’investissements dans notre région. En l’occurrence, la Malaisie et Singapour sont au cœur de l’Asean, et l’Asean est un marché en pleine émergence et excessivement bien positionné entre la Chine, l’Inde et l’Australie mais aussi, grâce à ses coûts de production encore raisonnables, dans les échanges commerciaux internationaux.

Il faut également souligner l’expertise industrielle que l’on peut trouver dans ces pays. La Malaisie regorge de sites de production tandis que Singapour, outre ses activités financières et logistiques bien connues, s’est spécialisée dans la production à haute valeur ajoutée, notamment la pharmacie.

Quels sont nos atouts pour démarcher dans ces pays ?

Les atouts liés au plan Marshall restent évidemment d’actualité, de même que les « 10 bonnes raisons » d’installer son entreprise en Wallonie que nous avons identifiées pour l’investisseur étranger… Mais je voudrais plutôt signaler comme atout particulier pour cette zone notre « Club Halal ». L’Awex a en effet souhaité associer au sein d’un « club » les entreprises bénéficiant de la certification halal ainsi que celles qui seraient prêtes à en entreprendre la démarche, et ce afin de mieux les faire connaître sur les marchés d’exportation où cette certification est susceptible de constituer un avantage concurrentiel. L’Awex considère en effet que l’économie halal, en expansion rapide, est porteuse d’opportunités tant en Europe qu’à la grande exportation : on trouve près de 1,5 milliard de musulmans dans plus de cent pays.

Et le halal est un concept qui ne concerne pas seulement le seul secteur agroalimentaire. La certification halal s’applique également aux médicaments (vaccins, alicaments, etc.), aux cosmétiques et aux produits de soins personnels, aux vêtements et aux services tels que la banque, la finance, les hôtels – restaurants et même la logistique.

Quel est, à votre sens, l’apport concret de cette mission ?

Concrètement, plusieurs sociétés wallonnes ont profité de la remarquable stabilité économique et politique de la Malaisie, qui jouit en outre d’une grande qualité de vie, pour y ouvrir leur siège asiatique, comme Lhoist, Swift et AMB-Ecosteryl dans quelques mois. Mais d’autres PME présentes dans la mission, comme Bio-Tec, Zentech ou Eloy-Water, sont des habituées de ces deux pays…

Concrètement toujours, et pour revenir au halal, je citerai la signature d’un premier Mou entre Ardemac (structure commune à l’Awex et à l’UWE destinée à promouvoir notamment le halal) et le Halal Development Corporation de Kuala Lumpur, avec les objectifs économiques et interculturels clairement définis.

Et pour terminer, nous pouvons nous réjouir des trois signatures de Glaces De Smedt, Chocolat Bruyerre et Mirage Gold avec Golden Alliance, un importateur/distributeur de produits halal en Malaisie – le halal n’est jamais très loin… Cette société a lancé le concept de magasins franchisés, appelés Waffelmeister, qui vendent des gaufres « belges », des glaces et des chocolats. Et aussi du contrat pour la fourniture de cinq unités de décontamination et de traitement de déchets médicaux par AMB-Ecosteryl à son partenaire UEM Environment, un contrat de plus de 4 millions d’euros…

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page