Gosselies : première pierre de la plate-forme wallonne de thérapie cellulaire

Il y a 3 années
Stem-Cell-culture-in-laboratory-300x187

Les ministres wallons Jean-Claude Marcourt et Jean-Marc Nollet, ainsi que les responsables de deux sociétés spécialisées dans la thérapie cellulaire viennent de  poser à Gosselies (Charleroi), la première pierre de la future plate-forme wallonne de thérapie cellulaire.

Le projet est né voici plusieurs années après l’identification des besoins de trois sociétés de thérapie cellulaire. Pour poursuivre leur essor, elles souhaitaient bénéficier d’une infrastructure commune dont les coûts seraient mutualisés mais qui préserverait pour chacune d’entre elles de larges parts d’autonomie.

Pour rappel, la thérapie cellulaire consiste en l’utilisation de cellules saines comme médicament pour remplacer des cellules malades.

Deux des trois sociétés consultées ont finalement décidé d’adhérer au projet: Bone Therapeutics (Université Libre de Bruxelles) et Promethera Biosciences (Université Catholique de Louvain). Elles sont respectivement spécialisées dans les maladies osseuses et dans le traitement des pathologies du foie.

Quelque 20 millions d’euros, apportés grâce à un partenariat public-privé (40-60%), seront nécessaires pour construire les nouveaux bâtiments. Ces derniers seront équipés  de près de 2 000 mètres carrés de salles blanches pour la production de cellules.

La structure permettra aux deux sociétés d’atteindre une masse critique au-delà de laquelle des sous-traitants peuvent être tentés de collaborer.  » Des formations peuvent être organisées et des économies d’échelle peuvent être réalisées « , a affirmé Eric Halioua, administrateur-délégué de Promethera Biosciences.

Les deux sociétés occupent aujourd’hui une centaine de personnes. D’ici quelques années, grâce à la nouvelle structure, une centaine d’emplois supplémentaires pourraient être créés.

Belga

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page