ZINC: la Wallonie pourrait-elle redevenir un bassin minier?

Il y a 4 années
Mine de Zinc

On a exploité le charbon, on a parlé du gaz de schiste, de mine… c’est désormais le zinc, dont regorgerait le sous-sol wallon, qui fait l’objet de toutes les attentions. Y a-t-il un réel potentiel industriel susceptible de créer des emplois durables en Wallonie?

Il faut savoir qu’au 19e siècle, Liège a été l’un des centres mondiaux de production de zinc. Néanmoins, les exploitations de l’époque n’allaient pas au-delà de 100m de profondeur, alors que ce métal peut être enterré jusqu’à 2000m sous nos pieds. « Toute la richesse de la région a été construite sur le fer, le charbon et surtout le zinc », explique Éric Pirard, professeur à l’ULg, au micro de la RTBF. « On n’a fait que gratter la surface et nous n’avons pas vraiment une bonne connaissance de ce qu’il reste encore. »

À creuser

Cela fait désormais plusieurs mois que différentes entreprises ont sollicité les services administratifs régionaux afin d’entamer des recherches géologiques à ce sujet. En ce qui concerne le gaz de mine, une étude de la Faculté de Mons a d’ailleurs démontré qu’il y a de quoi justifier l’intérêt d’exploitants: 50 millions de m³/km² dans la région du Centre, en tenant compte du potentiel gazier enfermé dans les anciennes cavités minières. Dans cette optique, le Ministre Henry, en charge de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, souhaiterait voir la création d’un Service géologique de Wallonie qui aura pour mission de tenir à jour un état des lieux des ressources exploitables du sous-sol wallon.

Le président belgo-canadien de Golden Share Mining Corporation, Philippe Giaro, est convaincu qu’au niveau de la richesse des minerais, la Wallonie peut tout-à-fait rivaliser avec les meilleures qualités et les meilleures teneurs, au niveau mondial. « En Irlande, des mines sont en train de fermer car que les gisements sont épuisés. Nous avons, en Wallonie, un sous-sol similaire à celui de l’Irlande et nous devrions exploiter les minéralisations en zinc connues et étudier le sous-sol en profondeur.« 

Opportunités d’investissement?

De grands groupes industriels du Canada, de Grande-Bretagne et d’Australie auraient déjà marqué un réel intérêt pour venir exploiter le zinc wallon. Reste à définir des priorités, dans un contexte de développement économique durable, et à mettre en place les outils permettant de valoriser au mieux ces ressources tout en augmentant le niveau de connaissance des potentialités.

Pierre Castelain, porte-parole du Ministre Henry, a confié à l’Echo qu’il y voit un levier pour créer une nouvelle activité économique. « Une richesse existe et nous nous devons de la valoriser. Le pouvoir public a un rôle à jouer et il aidera les investisseurs désireux de venir exploiter des gisements. Vu le contexte économique, tout ce qui peut créer de l’emploi dans de bonnes conditions est à soutenir. »
Mathieu CAVILLOT, d’après l’Article de l’Echo et l’Article de la RTBF

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page