Une Belgique toujours très forte en brevets

Il y a 4 années
recherche

En 2012, notre pays est dixième au classement des déposants auprès de l’Office européen des brevets. Chimie macromoléculaire (polymères), micro structures et nanotechnologies sont en pointe, tout comme les biens de consommation, la biotechnologie et la chimie organique.

Porteurs d’innovation et donc d’avenir, les brevets sont un sujet d’autant plus sensible en période de crise. L’Office européen des brevets (OEB) vient de publier ses chiffres pour l’exercice 2012 et ils sont remarquables tant pour l’Europe que pour la Belgique. Sur tout le continent, puisque l’OEB compte 38 membres, le nombre de dépôts a augmenté de 5,2% par rapport à 2011, pour atteindre un total de 257 744 brevets. C’est un nouveau record qui vient battre celui réalisé en 2008. Et la proportion de brevets accordés est supérieure à celle de l’exercice précédent, puisqu’elle atteint 5,8%, soit un total de 65 687.

Notre pays se caractérise par une activité universitaire très dynamique: dans le classement général, l’université de Gand est neuvième, suivie par celles de Louvain, dixième, de Bruxelles, dix-septième et de Liège, vingt-quatrième. Au niveau des firmes, c’est Electrolux qui arrive en tête chez nous, avec 207 dépôts, puis Solvay (139) et IMEC, entreprise louvaniste spécialisés dans la microélectronique et les composants. (121).

Avec un rôle important joué par les universités et une diversité de domaines qui la met d’une certaine manière à l’abri de crises sectorielles, la Belgique peut nourrir de beaux espoirs, notamment quant à sa participation à la sortie de crise en Europe. Au classement des déposants européens, notre pays est dixième, quinzième sur l’ensemble des pays adressant leurs demandes auprès de l’Office européen des brevets.

 

La Libre – 06/03/2013

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page