Delphi Genetics: ADN exploré, know-how exporté

Il y a 3 années
delphi__genetics_ambikit

Spin-off de l’ULB créée en 2001 et installée à l’Aéropôle de Charleroi, la société Delphi Genetics développe des solutions originales dans le domaine de la biologie moléculaire, qu’elle exporte dans le monde entier.

La société Delphi Genetics est issue des recherches menées par Philippe Gabant, Cédric Szpirer et Michel Milinkovitch au sein de l’Institut de biologie et de médecine moléculaire de l’Université Libre de Bruxelles. Les chercheurs s’intéressaient aux fonctions des plasmides, des molécules d’ADN.

« Une bactérie commune de l’intestin, l’Escherichia coli, la plus étudiée dans les laboratoires, est utilisée dans l’industrie pour la production de protéines recombinantes, commence Cédric Szpirer, administrateur délégué de Delphi Genetics. Celles-ci sont utilisées comme vaccins, médicaments ou additifs alimentaires. L’idée nous est alors venue d’en améliorer la production. Selon nous, utiliser des résistances aux antibiotiques dans des organismes servant à la production de médicaments ou d’additifs alimentaires n’était pas adéquat. Notre idée a été de remplacer ces résistances aux antibiotiques par d’autres systèmes de sélection, en particulier des gènes de sélection naturelle. Un plasmide artificiel a été développé pour permettre un clonage facilité des fragments d’ADN. »

Ces avancées scientifiques issues d’un know-how développé à l’ULB dans les années 1990 et brevetées sont à la base de la création de la spin-off Delphi Genetics en 2001. Ses activités commenceront réellement en 2004.

Pour la jeune société, la première étape a consisté à se faire connaître auprès des firmes pharmaceutiques en commercialisant sa technologie. Des kits de biologie moléculaire en test ont été développés et destinés à la recherche, autant académique que privée. « Livré avec une licence exclusivement réservée à la recherche et pour quelques centaines d’euros, le kit permet au scientifique de produire toutes les protéines nécessaires à ses recherches. A partir du moment où le chercheur passe en phase clinique, il a besoin d’une licence. A terme, nous visons à attribuer des licences aux sociétés pharmaceutiques sur nos technologies pour produire des vaccins ou d’autres médicaments. »

Vente de licences avec l’Awex

Delphi Genetics commercialise ses technologies de trois manières: la vente de kits, l’offre de services R&D sur-mesure pour les entreprises et les centres de recherche, en particulier, dans le domaine des processus de clonage d’ADN, et la vente de licences à des tiers. Elle négocie ces dernières avec des multinationales. Ainsi, en 2009, elle a signé un accord de licence avec Sanofi-Pasteur, et en 2010 avec GSK, dans le cadre de la production de protéines utilisées pour les vaccins humains. En 2012, elle a passé un accord avec une filiale de Merck & Co, connue sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada, pour l’usage de la technologie StabyExpress, qui permet d’avoir un rendement élevé et une expression économique de protéines sans l’utilisation d’antibiotiques. Aux termes de l’accord, Merck reçoit un droit non-exclusif d’employer la technologie pour l’expression de protéine dans la recherche et le développement de produit. « C’est le premier large accord de licence de Delphi couvrant l’utilisation potentielle de la technologie pour des produits à base de protéines dans les secteurs de la santé humaine et animale. Cela démontre que notre technologie est applicable à d’autres demandes que la production de vaccins. Une validation de plus pour notre technologie. D’autant que la validation des technologies réalisée par Merck est connue dans le monde entier pour être très stricte. Les années où nous vendons des licences, elles représentent la partie la plus importante de notre chiffre d’affaires. Les autres années, le chiffre est réalisé par la vente de kits et notre activité de services. Notre objectif est d’augmenter nos licences. Depuis deux ans, notre activité de promotion de nos licences se fait en collaboration avec l’Awex. Nous démarrons un programme d’investissement pour promouvoir nos services, l’autre partie très importante de notre chiffre d’affaires. Nous partons avec l’Awex en Chine, en Inde, aux Etats-Unis, prochainement à BIO (Biotechnology Industry Organization). » Delphi Genetics exporte dans le monde entier. Si elle vend des kits en direct en Europe et aux Etats-Unis, elle a construit un réseau mondial de distribution avec des partenaires pour l’Asie et l’Australie. La société emploie actuellement 15 personnes pour un chiffre d’affaires de plus de 2 millions d’euros en 2011 et en croissance en 2012.

Source: WBI, pp 24-25 – Jacqueline Remits

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page