Delphi Genetics dans ses murs

Il y a 4 années
delphi_genetics

Ce 3 décembre, Delphi Genetics a inauguré son bâtiment de 1600 m2 au coeur du Biopark.  Une nouvelle étape pour la spin-off de l’IBMM qui négocie ses licences avec des multinationales.

StabyExpress, c’est la « carte de visite » de Delphi Genetics : commercialisée par la spinoff à partir d’un know-how développé à l’Institut de biologie et de médecine moléculaires (IBMM), StabyExpress permet de produire des molécules issues de l’ingénierie génétique en l’absence d’antibiotique.

Déjà licenciée à Sanofi-Pasteur (juin 2009) et à GSK (septembre 2010), elle l’est désormais également à MSD (appelée Merck aux USA et Canada) qui pourra l’utiliser non pas « simplement » pour les vaccins mais dans tous les secteurs de la santé humaine et animale. « Cela démontre que notre technologie est applicable à d’autres demandes que la production de vaccins et que nous sommes désormais un interlocuteur également pour des entreprises hors du secteur biopharmaceutique, comme par exemple pour la production d’enzymes dans le secteur alimentaire ou encore le diagnostic » souligne Cédric Szpirer, CEO de Delphi Genetics.

Nouveau bâtiment

Cet été, Delphi Genetics a quitté le Wallonia Biopark Incubator I et s’est installé de l’autre côté de la rue, dans un bâtiment flambant neuf – et passif ! – qu’elle a fait construire. Ce déménagement est arrivé au bon moment : Delphi Genetics dispose désormais de laboratoires entièrement dédiés à la R&D sur les cellules de mammifères.

« Nous avons construit un bâtiment qui nous permet de séparer notre activité de production de nos activités de service et R&D. Comme nous avons plus d’espace, nous avons pu acquérir de nouveaux équipements tels qu’un séquenceur complet de génome de bactérie, un appareil de PCR quantitative et un purificateur de protéines, tout cela élargit notre offre de services aux clients. Le plus important pour nous est de rester souple : nos installations sont modulables; nous les adapterons selon l’évolution-même de l’entreprise » explique Cédric Szpirer.

Escherichia Coli

Depuis sa création en 2001, Delphi Genetics a commercialisé ses technologies qui permettent d’étudier des gènes ou de produire certains éléments biologiques (par exemple des vaccins) selon trois axes d’activités : la vente de kits, l’offre de service R&D sur mesure, la licence cédée à des tiers. Le tout à partir d’une bactérie : Escherichia coli. Un organisme bien connu du Biopark puisqu’il continue à être étudié dans le Laboratoire de génétique et physiologie bactérienne (IBMM) où les fondateurs de Delphi Genetics ont fait leurs premiers pas… scientifiques. « Nous continuons à collaborer ponctuellement avec le laboratoire que dirige désormais Laurence Van Melderen. Nous parrainons notamment un projet Waleo de la Wallonie qui a pour objectif de concevoir une bactérie Escherichia coli à la croissance plus forte, ce qui permettrait bien sûr d’augmenter son rendement dans les fermenteurs » précise Cédric Szpirer.

La PME travaille depuis quelque temps à une diversification : après avoir testé les potentialités de la levure, elle étudie désormais comment adapter sa technologie StabyExpress aux cellules de mammifères et analyse également l’efficacité de sa technologie dans le domaine des vaccins ADN. Cette recherche, Delphi Genetics la mène notamment à travers le projet DNAVAC du pôle de compétitivité wallon BioWin qui a pour objectif le développement et la production de vaccins ADN sans gène de résistance aux antibiotiques. Ou encore via le projet AMERE de l’Agence spatiale européenne qui vise à étudier les radiations cosmiques en s’appuyant sur la culture de cellules humaines dans l’espace.

Source: Nathalie Gobbe, Biopark News 16

www.delphigenetics.com

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page