Les incubateurs ont le vent en poupe!

Il y a 5 années
biopark

Alors que l’investissement chinois de 100 millions d’euros dans un incubateur technologique à Louvain-la-Neuve est encore dans toutes les mémoires, on inaugurait le Biopark Incubator 2 à l’aéropôle de Charleroi ce 24 avril.

GOSSELIES

Le bâtiment de 4800m² construit par Igretec avec le soutien de la Région wallonne a pour vocation d’être un tremplin pour les projets d’entreprises en sciences du vivant et de l’ingénieur. Des bureaux, des laboratoires, des salles blanches et même un « smart work center »: assez d’espace pour abriter une quinzaine d’entreprises.
L’objectif, selon Catherine Blondiau (administrateur général ad interim de l’incubateur), est qu’il soit occupé à 80% d’ici fin 2013: gageons que cet objectif sera largement atteint et peut-être même dépassé puisque 5 entreprises sont prêtes à s’installer dans les prochaines semaines et qu’une dizaine d’autres sociétés ont manifesté leur intérêt.

L’incubateur, en relation étroite avec l’ULB, a pour mission d’héberger les jeunes entreprises, mais aussi de leur fournir des conseils financiers et d’accompagner leur projet. Catherine Blondiau précise à ce sujet que les sommes levées pour les spin-off peuvent varier entre 20.000 et plusieurs millions d’euros, par le biais des fonds Sambrinvest, Theodorus et Wallonie Biotech Coaching, bien entendu.

LOUVAIN-LA-NEUVE

Le principe de l’implantation de Whibi à Louvain-la-Neuve est assez similaire, mais est plus particulièrement orienté vers l’extérieur: le groupe chinois fournit un cadre optimal pour que des start-up et petites entreprises puissent se développer autour d’une université. Le Wuhan Hi-tech International Business Incubator a en effet conclut une convention avec l’UCL lui réservant un espace de 8,5ha pour y déployer progressivement 100.000m² d’incubateurs technologiques et créer un millier d’emploi en trois ans. C’est du moins ce qu’ambitionne Whibi, forte de son expérience de 25 ans qui a vu grandir quelques 1.200 entreprises chinoises. Elle y croit manifestement assez que pour réaliser son premier investissement hors de Chine et non des moindres puisque 100 millions d’euros seront débloqués par ICBC (une banque chinoise qui a déjà taté le terrain à Bruxelles) et un partenaire financier Taiwanais.

Il s’agit du complément idéal au Welcome Office de Mons destiné aux entreprises chinoises qui peuvent désormais s’implanter chez nous en étant guidées et accompagnées de manière tout-à-fait complète et professionnelle. Les autres incubateurs présents en Wallonie devraient en outre bénéficier de l’expérience du groupe Whibi puisque les autorités locales misent sur le travail en réseau, notamment avec les chercheurs de l’UCL.

Mathieu CAVILLOT

Vos outils :

  • Bookmark this page
  • Imprimer cette page